Axe 2 : Sémantique, énonciation, acquisition (SENAc)

rochambeau

M. Rochambeau LAINY

Responsable: Rochambeau LAINY

Au niveau de cet axe se mènent des réflexions sur l’acquisition du langage et des langues en général en se focalisant sur les créoles en particulier.
Tout ce qui a du sens passe inévitablement par le langage, et d’un point de vue linguistique, par la langue, système par le biais duquel le locuteur atteint le plus souvent son public ou son interlocuteur. Le besoin de construire d’autres catégories, d’ajouter d’autres formes et d’autres sens aux formes et au sens existant étant naturel chez l’humain, la langue devient le lieu où toutes les manipulations sont possibles. Comme système, la langue permet au locuteur de mettre en mots et en discours les faits de la vie. De cette mise en mots et en discours résulte le concept de sens que la sémantique étudie. Le sens occupe une place de choix dans les travaux consacrés à l’étude du langage. Mais selon qu’on appartient à telle ou telle école, on ne le conçoit pas de la même façon. Il devient ainsi opportun de chercher à déterminer le sens du sens, à comprendre le lien motivé ou non motivé entre les faits de langue et l’extra-langue. La littérature consacrée à l’étude du sens est vaste, mais nombre de questions se soulèvent encore autour de ce phénomène dans la langue.

L’axe Sémantique, énonciation et acquisition (SENAc) décrit et analyse les faits de langue d’un point de vue linguistique et psycholinguistique. Les effets de contexte, notamment holistique, sur la production du sens sont pris en compte dans leur interaction avec les éléments internes de la langue.Outre les faits de langues les plus rudimentaires, le SENAc s’intéresse aussi au phénomène d’acquisition, étant entendu que la réalité bilingue ou trilingue influence considérablement ce processus. Il propose une piste de réflexions permettant de comprendre les facteurs linguistique et cognitifs agissant sur la production du sens, par la mise en exergue de l’analogie, considérée comme un facteur de production des lexèmes et du sens. Les réflexions sur l’analogie ouvrent un chantier sur la psycholinguistique et de la linguistique. L’analogie exploite le domaine des créoles, qu’ils soient de souche lexicale française, anglaise ou autre. Deux mémoires de master sont en passe d’être finalisés pour une soutenance en automne 2016. S’appuyant sur les travaux des linguistes comme O. Ducrot, C. Kerbrat-Orecchioni, J. Authier-Revuz, l’Axe propose une analyse qui prend en compte tous les éléments pouvant marquer la présence du sujet dans la langue.

Les travaux du SENAC s’inscrivent également dans les champs de la pragmatique, l’analyse du discours et les théories de l’énonciation. Ils tiennent compte des faits langagiers les plus simples et dérisoire pour montrer la façon dont les stratégies discursives participent au renforcement lexical et à l’extension du sens, ils s’appuient sur des données appartenant aux discours oraux et écrits, que l’on collecte à l’aide d’entretiens, d’observations, de focus groups et d’enquêtes informelles. Membres de l’équipe :

Rochambeau LAINY (coordonnateur), Moles PAUL, Jean-Bruny FRESMONT, Jean Wilner LOUIS, James SAINT-CYR, David TEZIL, Frédéric BEAUBRUN.

Share This